Le pharmacien

Si un commerçant du XVème donne sa raison d’être au “Point UV” de la rue Cambronne, c’est bien lui. Printemps, été, automne et surtout hiver, son visage caramel vous accueille, affichant toujours un demi sourire en forme de dollar.
De blouse blanche, nenni. Trop classique, trop sérieux, trop…pharmacien. Non, c’est une chemise Ralph Lauren, un cachemire dix fils, ou un sweat Abercrombie qui fera diligence pour encaisser votre duopack d’Aspegic. Le 4×4 assorti est garé non loin, à cheval sur une livraison et, pour cause de commissariat à proximité, l’habitude veut qu’un petit verre en terrasse au café d’en face remplace judicieusement le ticket de parcmètre, pour peu que le véhicule soit dans l’axe de vision. Cela permet de rigoler avec un pote en regardant défiler ses fidèles clients.

Les soirs d’hiver, les néons superpuissants de la pharmacie éclairent toute la place du Général Beuret, et cela rassure un peu le passant. Ou pas.
Plutôt beau gosse quand même, efficace de surcroît et là, l’œil de Moscou n’a plus qu’à se taire.

Mombini

boutique-vue-de-la-profondeur

Sur la cruciale question des boutiques enfants (cruciale parce que des enfants, il y en a un paquet dans le coin), les habitants du 15ème ont le choix entre Jacadi et Monoprix, voire Petit Bateau pour les plus téméraires ou les bobos qui risquent un sweat imprimé pour le petit dernier. Ca, c’est pour les vêtements.

Pour le reste, il y a, il y a…bah rien en fait.
Jusqu’à ce jour, il était donc nécessaire de se propulser jusqu’au Bon Marché pour avoir l’assurance de faire un cadeau joli/design/mode/stylé/original… Ce temps est révolu, chers amis, car une merveille de concept-store enfants vient d’ouvrir rue Gerbert. Sincèrement, elle est tellement chic, lumineuse et stylée qu’on la croirait transplantée là par erreur, arrivant du Marais ou d’une rue près de la Bastille.

Elisa et Dac, couple franco-italien, ont sélectionné les plus jolis jouets et objets du moment pour les zéro-cinq ans. Du bois, du bio, plein de couleurs et d’idées. Des affiches design, des stickers fluos, les coussins à tomber de Ferm Living, on veut tout.

Cerise sur le gâteau, au fond de la boutique, se cache un espace salon de thé. La déco est parfaite, de la couleur des murs aux suspensions en papier, et les enfants peuvent jouer et faire du bruit dans un coin sans que personne ne soupire pendant que les parents dégustent un carrot cake et un thé Kusmi Tea.

ESPACE~1

Si vous avez gagné au Loto, vous pourrez même accueillir les invités de vos enfants pour leur anniversaire. Une salle à l’étage est réservée aux ateliers et anniversaires.

Mombini (Moms et Bambini), 22 rue Gerbert, 75015 Paris. Metro Vaugirard. Mardi au samedi de 10h30 à 19h. mombini.com

Le square Miro

L'Oiseau lunaire, Juan MiroTellement à l’image du 15eme, niché entre ateliers d’artistes et hauts immeubles, il fait face au n°50 de la rue Blomet qui, à lui seul, vaut le détour. Petite cour aux airs toscans et pavés d’un autre temps observent dans le calme le square Miro, dont le nom officiel est square Blomet. Fièrement posé au centre du square, rond, noir, lisse et patiné, le drôle d’Oiseau Lunaire de Juan Miro (1967)  accepte sans broncher ses fonctions de perchoir de rêve pour les minots du quartier.
Comment ne pas se réjouir chaque jour de voir l’œuvre assiégée, embrassée par des bras calins ou guerriers, étourdie sans doute par les piaillements joyeux ? La sculpture dans la vie quotidienne des enfants, touchée, vue, respirée, apprivoisée. Bonheur.

Côté bac à sable, les minus s’affairent autour d’une cohorte de nounous africaines. Ca parlemente, on distribue des gouters à tour de bras et les chaussures ont voltigé depuis longtemps. Les plus grands s’isolent dans le recoin près de la cabane du gardien pour tenir conciliabule ou régler leurs comptes.

Aux beaux jours, la fontaine permet de mystérieux et incessants trajets de seaux débordants qui finissent pas être vidés dans le sable, tâchant définitivement les bermudas blanc, mais alimentant des parcours compliqués élaborés bien souvent en équipe à coup de pelles.

De l’autre côté, les ados se massent sur les bancs et ne semblent pas se soucier de leurs devoirs.

Tout comme nous.